Comment un burn-out peut se transformer en cadeau?

Partage

Aujourd’hui, j’ai décidé de t’en dire plus sur moi et de complètement laisser tomber le masque sur le burn-out qui a changé ma vie. 

Pourquoi? En quoi cela va t’être utile? 

Personnellement, J’ADORE connaître l’arrière-scène de mes mentors. Par exemple, dCM’où ils viennent, par quoi ils sont passés, leurs réussites, échecs. Ça me permet de réaliser à chaque fois que l’on passe tous par le même processus et que c’est possible.

Et dimanche prochain, un accomplissement que j’attendais depuis très longtemps va arriver. 

C’est d’ailleurs, quelque chose que j’ai pu manifesté grâce à tout mon travail de mindset.

Et également, suite à mon burn-out. 

Donc, cela m’a amené à reculer 4 ans en arrière alors que je commençais une MLM appelée Beachbody. Je vivais dans un sous-sol/garage que je louais pas de lumière naturelle (2 petites fenêtres pour TOUT l’appart situé à l’ombre), des insectes qui rentraient à profusion et qui se promenaient un peu partout par terre. C’était dégueulasse et démotivant. 

Cependant, je tenais le coup à travailler plus de 40h/sem au centre-ville de Montréal alors que j’habitais Laval sans voiture. J’allais à l’université en droit 4 cours par semaine de soir, je m’entraînais après mes cours à la maison, je me couchais, je me levais tôt je travaillais sur ma MLM vite vite, je retournais travailler et continuer ma routine infernale. 

Au début, avant même de tomber en burn-out, je ne prenais pas ma MLM au sérieux.

Je ne savais même pas ce que c’était, ce n’était même pas ouvert officiellement au Canada à l’époque et je ne savais même pas que c’était payant… jusqu’au jour où j’ai reçu mon chèque de paie par la poste (eh oui, c’était par chèque à l’époque!). 

Ensuite, j’ai décidé d’en faire quelque chose et je me disais prendre ma business pour une business.

Ce qui pour moi, avec du recul voulait dire travailler le plus d’heures possible et avoir la plus longue liste de tâche possible. 

J’ai décidé de quitter mon emploi et prendre une année sabbatique à l’université pour me lancer alors que j’étais seulement émeraude et que je n’en vivais pas. Mais mon rythme de vie ne pouvait plus durer. J’ai même décidé de m’inscrire à la croisière offerte, payer le dépôt non remboursable et devoir atteindre des objectifs pendant un an que je n’avais jamais atteint de manière constante afin de pouvoir la mériter. 

Ce fut le coup de pied au cul! 

Car un an plus tard, j’étais diamant, je faisais un salaire de mon entreprise et je pouvais aider par mois plus de 13 personnes. 

Je travaillais depuis la France, les États-Unis, les Caraïbes, je voyageais comme je n’aurais surement jamais osé voyager et je continuais de faire un salaire. 

La vie de rêve quoi!!! Et pourtant…

Il me manquait ce truc… Ce truc à moi. Malgré tout, j’ai adoré la MLM et je trouve encore que c’est une SUPERBE opportunité. Mais pour d’autres ça peut être un super tremplin, car certains ont besoin d’avoir le TOTAL contrôle de leur entreprise. 

J’ai donc, entre temps, essayé de lancée des imprimables et trucs comme ça en ligne sans trop savoir ce que je faisais. Car, tout faire soi-même et tout lancé soi-même… ce n’est pas comme la MLM. 

Alors vu que ça fonctionnait, sans trop fonctionner… j’ai repris l’école, un travail et j’ai recommencé mon pattern. Besoin de sécurité financière, puis besoin de liberté, puis re besoin de sécurité, ainsi de suite. 

Pendant 1an, j’ai été on and off.

À essayé de trouver ma voix sans trop vouloir risquer, donc sans trop réellement me lancer. 

Jusqu’au jour où j’ai choisi le job de trop. Celui qui me mènerait au burn-out. Celui au gouvernement qui paraissait SIIII bien sur papier. Celui que tout le monde semblait rêver. “Flexibilité d’horaire”, avantages sociaux, belle rémunération, beaucoup de vacances, possibilité d’avancement, etc. 

Ce n’était pas écrit que ça venait avec un environnement MERDIQUE. Avec un système patronal corrompu. Et avec des gens qui sont prêts à te briser pour que ta personnalité ne déroge pas du moule. Donc s’en est suivi ma première crise d’anxiété à saigner partout sur mon bureau qui déclarait le début de mon burn-out. 

WOW. Un burn-out. 

Si tu savais TOUT ce que j’ai traversé en étant jeune. Jamais j’aurai cru être la fille qui tomberait en burn-out. Jamais. Entre, tumeur, parent dysfonctionnel à penser qu’à l’argent, leur propre personne et en hésitant pas à me traiter comme Aurore l’enfant martyre (sans exagération, j’ai déjà été fouetté, tentative de viol, battu et je t’en passe). À mettre les chaussons directement dans les pieds de mon beau-père et à me faire dire, vous pouvez disposer, telle une esclave. D’avoir un père qui m’a abandonné à mon triste sort sans nouvelle jusqu’à mes 19 ans grâce à Facebook. À être enlevé à mes grands-parents qui eux ce soucié de moi en France pour m’amener au Canada. 

J’en ai vécu des choses. Comme par exemple, devoir vivre à 16ans en appartement, car j’ai sauté une classe que je suis au CEGEP que je ne veux plus vivre dans cette maison de fous et que je n’ai absolument aucun soutien de mes parents au point de ne pas avoir les sous pour manger, de faire 1h45 de vélo pour aller travailler et pouvoir simplement payer le loyer et devoir être nourris par mon gentil coloc, car il trouvait que ça n’avait pas de sens. 

Donc, quand on me dit “Marjorie tu peux pas comprendre t’es pas dans ma situation”.

Tu as raison je ne le suis pas.

Mais je l’ai surement été de prêt ou de loin. 

Je sais ce que c’est que d’être seul dans un pays qui n’est pas le tien et de devoir:

  • Survivre avec PEU;
  • Te priver et compiler 4 emplois en même temps pour payer ton CEGEP tout en trouvant le temps d’étudier;
  • Être en colocation avec des gens parfois peu recommandables;
  • Éviter de te faire battre par ton ex;
  • Déménager rapidement suite à des menaces de te faire balancer par le balcon et de te faire ouvrir la jambe par du verre, car ton ex-violent ne s’est pas contenu. 

Malgré tout, je n’avais jamais fait de Burn out…. jusqu’à cet emploi. 

Cet emploi qui malgré lui a COMPLÈTEMENT transformé ma vie pour le mieux. 

Cet emploi qui m’a amené dans des ténèbres que je n’avais encore jamais visitées. Des ténèbres qui m’ont fait découvrir un scintillement. Une petite lueur au loin. Une force enfouie. Une envie brûlant de changer les choses. Mais attention. Changer les choses pas justes pour moi. Pour toutes les femmes que je pourrais aider et accompagner. 

Mon employeur durant mon burn-out a réussi à me mettre à pied légalement et les assurances et le chômage ont trouvé le moyen de ne pas me donner un sou. 

Donc, j’étais sans un sou, avec ma petite lueur grandissante à chercher quoi faire. 

Retourner chercher du travail sous antidépresseur alors que je n’arrive pas à sortir de la maison? 

Pas question! De toute façon m’a petite lueur grandissante était clair. HORS DE QUESTION QUE JE RETOURNE TRAVAILLER POUR QUI QUE CE SOIT!!! 

Alors, que faire? 

J’ai décidé d’y aller all in. Au point où j’en étais qu’avais-je à perdre? 

J’ai engagé quelqu’un, j’ai investis ce qui représentait des millions pour moi, et ne serait-ce que le fait de me prendre au sérieux en investissant, ça a changé quelque chose en moi. 

Dans mon mindset. 

J’ai, donc, décidé de lancer mon coaching en mindset pour les entrepreneurs, car c’est ce dans quoi je suis bonne l’entrepreneuriat. Ça me passionne Facebook, son algorithme, évoluer, grandir, devenir une leader. Je veux aider les gens à assumer qui ils sont complètement et de transformer cette puissance en un aimant à client. D’où la venue du volet stratégie d’attraction. 

J’avais tellement trouvé ma vocation, ma voix, qu’après seulement 1 mois et demi de lancement de mon entreprise j’avais mes premières clientes, mon premier 4000$ en deux semaines (burn-out ou pas, tout est possible). Aujourd’hui, par exemple, nous sommes en mesure de faire près de 20 000$ en deux semaines (collecté dans nos poches, car on me demande souvent ça représente quoi ses chiffres. Ça représente ce qui rentre dans mon compte de banque.)

Maintenant, tu dois te demander, pourquoi je te dis tout ça, le burn-out, etc.?

Pour que tu comprennes que l’on commence TOUS quelques part. Peu importe que tu es eu une enfance facile où difficile, peu importe que tu es de l’argent ou pas, une belle maison où pas. 

J’ai eu une enfance de merde, je n’avais pas un sou et j’ai démarré Les petits Succès en 2017 dans un sous-sol par finis. 

Et maintenant, j’emmène Les petits Succès dans un condo de 1500 pieds carrés (140 mètres carrés, superficie nette) avec des fenêtres tout le long du mur, 2 salles de bain, dont un privé avec walking privé, stationnement intérieur et tout le tralala. 

Pourquoi autant de détail sur cet appartement?

Pour une raison fort simple, c’est exactement l’appartement dont je rêvais il y a 4ans. Celui avec deux lavabos dans une salle de bain privé attenante à la chambre des maîtres. Avec la cuisine immense blanche en quartz. Avec les fenêtres tapissant les murs. Et une vue à couper le souffle. 

Plus de 4ans à me demander si ça allait être possible. Et ça l’est devenu. 

Pas juste à cause que je fais de l’argent et que ça va bien. Ironiquement.

Car je n’ai jamais osé faire le move de peur de ne plus avoir d’argent. 

À cause de mes blocages et de tout ce que je lis sur le sacrifice financier à faire, je n’osais pas déménager de ma colocation. Pour moi c’était: mange des ramens parterre, travailles nuit et jour le plus d’heures possible et peut-être qu’après 2-3ans tu pourras faire quelque chose d’autre. 

J’ai dû faire un ÉNORME travail côté mindset. Et comprendre beaucoup de choses sur les blocages et pensées limitantes TRÈS enfouies qui nous habitent pour décider de reprendre le contrôle total de ma vie et détruire mes démons dissimulés. 

Quand je regarde tout le chemin parcouru en seulement 1an. En burn-out sous antidépresseur remplis de ses démons du passé… à aujourd’hui en croissance grandissante tant sur le plan perso que pro, à manifester et concrétiser ses rêves de plus de 4ans…

Je me dis qu’il est de mon devoir de montrer le chemin à toute personne prête à l’emprunter. Est-ce simple? Hell no! Est-ce que tout se travaille sur soi (car s’en est un personnel en premier lieu) vaut la peine? HELLL YESSSSSSS!!!! 

Donc, si je peux te donner un dernier petit conseil…

Suis ton intuition, elle connait le chemin. 

Marjorie -xox-

P.s. Pour obtenir ta Checklist pour attirer et convertir tes prospects en ligne, en plus de bonus alléchant, clique-ici! 

Partage

Marjorie Beaudet

Je suis Marjorie Beaudet, fondatrice de Les petits Succès et de son académie en ligne Les petits Succès Académie. J’ai commencé mes 14 premières années de vie en France, à Bordeaux, pour ensuite m’installer au Québec en 2005. J’ai commencé mes études en droit ainsi que mon expérience professionnelle en notariat, pour ensuite me rendre compte que ce n’était pas pour moi. J’adore le droit, mais comme intérêt pas comme carrière. C’est au travers du développement personnel et de beaucoup d’introspection que j’ai découvert ce qui me drive vraiment dans la vie, et c’est d’aider les femmes à s’accepter et être bien avec elles-mêmes. Alors j’ai fait un virage à 180 degrés, pris mon courage à deux mains et j’ai tout recommencé de zéro. J’ai décidé de faire ce qui est bon pour moi et non ce que les autres attendent de moi.