Dire oui, générosité ou égoïsme?

Partage

Combien de fois t’es-tu déjà sentie obligée de dire oui pour faire plaisir et bien paraître?

Étant donné les circonstances, même si tu réponds à haute voix je ne pourrais t’entendre. Donc prenons pour acquis que c’est arrivé plus souvent que ton patron qui te complimente pour ton excellent travail.

Maintenant, demandes-toi si tu as dit oui toutes ces fois parce que, même si ça ne te tentait pas plus qu’il faut, tu voulais VRAIMENT rendre services à cette personne.

Car cela semblait pressant, nécessaire, et presqu’une question de vie ou de mort. Ou bien c’était pour bien paraître. Car, c’est ça qu’il faut faire et que tu ne voulais pas que cette personne ne soit fâchée?

Hmmm, hmmm. Intéressant comme question, ne trouves-tu pas?

Je vais te dire un secret, je pense sincèrerement que dans 60-70% des cas où tu as dit oui, c’était pour bien paraître. Et ce n’est pas mal en soi. Dire oui à contrecoeur démontre une grande générosité, autant que de dire non ne démontre pas nécessairement de l’égoïsme, mais du respect.

Selon moi dans la vie, l’important c’est d’être en harmonie avec nos décisions.

C’est à dire ne pas regretter un lendemain de veille, quant la veille on a décidé consciemment de dépasser notre limite d’alcool (come’on… on connait tous notre limite après 2-3 brosses).

Et si après avoir dit oui pour rendre service à une personne, tu ressens de la frustration. Car disons que cette personne ne te le rend jamais, te demande toujours des service ou que tu es simplement fatigué. Dans mon livre à moi, ce n’est pas être en harmonie avec ses décisions.

Il est préférable pour tout le monde que tu dises oui plutôt que de risquer d’être irritée, irritable, irritante (genre moi en spm). Pire, t’énerver et gâcher la journée. Il vaut mieux laisser sa place à d’autre.

J’ai un parfait exemple de quelqu’un qui aurait dû me dire non. Eh oui, tu as bien lu. Parfois je préfèrerai que l’on me dise non.

J’avais besoin d’un lift (transport) à l’aéroport pour un vol international à 6h du matin. Il fallait donc que j’y sois pour 3h du matin. La personne qui m’avait dit oui pas de problème, me dit le jour où elle doit m’amener, soit autour de 16-18h, qu’elle veut aller à un show d’humour avec ses amies. Et qu’elle pourra donc m’amener à 20h à l’aéroport (rappelons nous que mon vol est à 6h du matin). Euh…. Pardon? Tu m’annonces à quelques heures de mon départ que finalement tu veux aller t’amuser. Et donc, que  tu vas m’amener 10h avant mon vol à l’aéroport. Je vais dormir sur le plancher?

Le problème à mes yeux n’est pas qu’elle m’amène à 20h, car c’est un service qu’elle me rend donc si elle peut seulement à 20h… fine. Ce qui me dérange, c’est qu’elle n’a pas exprimé ces conditions le jour où je lui ai demandé. Par exemple : “Pas de problème, pas contre il se peut que je t’amène dans la soirée la veille entre 20h-22h, ça reste à confirmer.”

Si tu me dis oui, c’est beau 3h du matin. Ben ne va pas à ton show d’humour avec tes amies, tu t’es engagé! En revanche, si elle avait émis ces conditions à l’avance, et que ça ne faisait pas mon bonheur. J’aurai pu répondre: “Parfait, je tiens ton offre en note. Par contre, ça fait un peu tôt, je vais essayer de voir si quelqu’un d’autre pourrait me dépanner pour 3h et je te reviens”. Ainsi je sais exactement à quoi m’attendre et si finalement je dis oui pour 20h, c’est en toute connaissance de cause.

C’est pour cela que savoir dire non est important.

Pour éviter de laisser tomber les gens à la dernière minute et susciter plus de frustration. Ou encore en se frustrant soit même, car on s’oblige à faire quelque chose qui ne nous tente pas du tout.

Si jamais tu n’es pas contre aider la personne, mais que ce qu’elle te demande tu peux lui offrir partiellement. Mentionne-lui, et donne lui tes alternatives pour satisfaire les deux parties. Ainsi, elle pourra décider en toute connaissance de cause et ne pourra douter de ton bon vouloir.

Dire non, c’est une question de limite. Et plus la limite est loin et plus les gens ont tendance à vite vouloir la dépasser. Plus les limites sont clairs et indiscutables et plus les gens ont tendance à les respecter et savoir à quoi s’en tenir avec vous. Ils témoignent, en conséquence, aussi un plus grand respect.

Par contre, il peut arriver des fois où on se force, car c’est la famille, un enfant, une personne cher. Je ne dis pas de ne plus jamais faire de compromis et faire acte d’une puissante générosité. Ce que je veux dire, c’est de trouver un meilleur équilibre entre le oui et le non. Un équilibre qui te convient.

Le mot de la fin: Dire non c’est se respecter et respecter les autres.

P.s. découvre le secret de la potion magique en clique ici. 

Partage

Marjorie Beaudet

Je suis Marjorie Beaudet, fondatrice de Les petits Succès et de son académie en ligne Les petits Succès Académie. J’ai commencé mes 14 premières années de vie en France, à Bordeaux, pour ensuite m’installer au Québec en 2005. J’ai commencé mes études en droit ainsi que mon expérience professionnelle en notariat, pour ensuite me rendre compte que ce n’était pas pour moi. J’adore le droit, mais comme intérêt pas comme carrière. C’est au travers du développement personnel et de beaucoup d’introspection que j’ai découvert ce qui me drive vraiment dans la vie, et c’est d’aider les femmes à s’accepter et être bien avec elles-mêmes. Alors j’ai fait un virage à 180 degrés, pris mon courage à deux mains et j’ai tout recommencé de zéro. J’ai décidé de faire ce qui est bon pour moi et non ce que les autres attendent de moi.