Drama queen et Little Bitch, comment s’en sauver?

Partage

T’es-t-il déjà arrivé d’être confronté à une personne et ne pas du tout comprendre ce qui la motive à agir ou réagir comme elle le fait?

Te dire que cette personne “overreact”, réagit fort pour rien? Tellement que l’on a envie de lui dire “Mais quelle drama queen! Fais du théâtre et rentabilise ce potentiel!”.

J’imagine que tu as déjà connu des “drama queen” ou ce que j’aime appeler aussi des “Little Bitch”. C’est à dire des gens qui ne peuvent s’empêcher de critiquer tout le monde, même ceux qui les aide. Et j’imagine également que tu as déjà dû en être une à un certain moment de ta vie. Tout comme moi j’ai déjà étais une “drama queen” et une “little Bitch”. Je n’en suis pas fière, mais vu que j’ai décidé de ne rien regretter dans ma vie, j’ai préféré apprendre de ces situations. Essayer de comprendre ceux qui agissent ainsi.

Et quoi de mieux pour comprendre que de se référer à notre propre expérience personnelle, n’est-ce pas?

Car, ces expériences que nous vivons tôt ou tard ont des répercussions sur nous. Tu peux percevoir ces comportements comme injustes ou comme des attaques personnelles. Et peuvent te donne envie de devenir de plus en plus méfiante. Parfois sur la défensive et même te transforme en “Drama queen” ou “little bitch”, car tu anticipes trop les réactions potentiel des autres ou pensent que tout le monde critique donc toi aussi tu le fais.  

Lorsque j’ai commencé à me demander ce qui m’avait transformé en ce que je n’étais pas, j’ai réalisé que j’avais laissé les comportements de ceux qui m’entourent influencer les miens. L’effet de groupe m’avait transformé en membre à part entière du groupe et donc transformé mes propres comportements de sorte qu’ils correspondent à ceux du groupe. En réalité, ces personnes faisaient ressortir le pire de ma personne! De part l’environnement toxiques et les pratiques toxiques qu’elles administrées.

Cependant, cela ne s’arrêta pas là!

J’étais déterminée à comprendre ce qui les motivaient. En lisant sur la psychologie, j’ai compris que chaque comportement que nous avons est logique. Surprenant n’est-ce pas? Je le fût aussi. Mais en y réfléchissant bien, c’est logique (badoum *tish*! Quelle ironie). Lorsque nous agissons ou réagissons c’est pour produire un effet, et souvent un effet positif pour nous. Soit pour se défendre, se valoriser, être promu, aimé, etc.

À partir de là, j’ai finalement réalisé que les comportements des autres envers moi, qu’ils soient injustes, méchants, ou autres, ne sont pas vis à vis de moi. Ce n’est pas personnel à ma personne. C’est personnel à eux. Ces gens qui agissent d’une façon qui nous met hors de nous, agissent pas contre nous, mais pour eux. Ils veulent produire un bénéfice à leur situation. Ça aurait pu être quelqu’un d’autre que toi…si cette personne était à ta place. Il suffit que tu sois au poste que la personne convoite. Ou que tu es un comportement que tes patrons apprécient plus que les autres, que tu sois plus belle, plus drôle, plus intelligente. Peu importe c’est quoi, tu as quelque chose que cette personne convoite. Et puisqu’elle ne trouve pas la façon d’avoir cette chose d’elle même, elle va s’attaquer à la personne qui la possède pour l’en démunir et ainsi se sentir bien avec elle-même.

Le problème n’est vraiment pas personnel à toi, mais bien à cette personne.

Et à partir du moment où j’ai compris ça, j’ai décidé de ne plus m’en faire. Je crois énormément au Karma, dès que je taquine mon copain un petit peu trop fort, tu peux être sûr que je me cogne le pied ou mort la langue dans la seconde qui suit et pareil pour lui. On finit toujours par payer l’addition.

Donc, je ne m’attarde plus à ce que ces gens-là disent. Je prends mes distances et prends toujours le soin de cibler ce qui peut bien motiver leur comportement et souvent la réponse c’est leur mal être. Par contre, j’ai ce besoin de sauver les gens qui brûle toujours en moi. Donc, j’essai de trouver une façon de produire l’effet que la personne cherche par le biais d’actes sains et positifs. Par exemple, au travail si la personne aime être valorisée. Je lui demande de l’aide quand je bute sur quelque chose et la félicite lorsqu’elle trouve une solution. J’ouvre le dialogue et essaie de la connaître plus, de l’écouter, de ne pas la juger pour qu’elle se sente comprise et en sécurité quand elle me parle.

Bien entendu, il arrive que des personnes soit depuis trop longtemps dans cette spirale infernal.

Ainsi elle ne veulent plus s’ouvrir. Elle sont persuadées d’avoir raison d’être comme elles sont. Personnellement, j’aime aider et sauver les gens. Par contre, je ne m’attarde pas sur ceux qui ne veulent pas de mon aide et voudraient me faire couler avec eux. Donc, tu peux simplement faire comprendre à la personne que quand elle sera prête, ta porte sera toujours ouverte, mais qu’elle fasse le premier pas.

Commente dans la case approprié ci-bas une expérience similaire que tu as vécue et comment tu as réglé le problème.   

Partage

Marjorie Beaudet

Je suis Marjorie Beaudet, fondatrice de Les petits Succès et de son académie en ligne Les petits Succès Académie. J’ai commencé mes 14 premières années de vie en France, à Bordeaux, pour ensuite m’installer au Québec en 2005. J’ai commencé mes études en droit ainsi que mon expérience professionnelle en notariat, pour ensuite me rendre compte que ce n’était pas pour moi. J’adore le droit, mais comme intérêt pas comme carrière. C’est au travers du développement personnel et de beaucoup d’introspection que j’ai découvert ce qui me drive vraiment dans la vie, et c’est d’aider les femmes à s’accepter et être bien avec elles-mêmes. Alors j’ai fait un virage à 180 degrés, pris mon courage à deux mains et j’ai tout recommencé de zéro. J’ai décidé de faire ce qui est bon pour moi et non ce que les autres attendent de moi.

Leave a Reply

Your email address will not be published.