Établir ses tarifs en fonction du diplôme ou de l’expérience?

Partage

Un diplôme est-il un gage de qualité?

Doit-on établir nos prix en fonction d’un diplôme ou de notre expérience? Cette question m’a été posée dernièrement et j’aimerais t’expliquer mon point de vue à ce sujet.

Beaucoup de gens croient qu’un diplôme leur donne le droit de “charger plus cher” pour leurs services. Est-ce réellement le cas? Un diplôme réflète t’il réellement les aptitudes d’une personne à fournir un meilleur résultat? Parce que c’est vraiment ce qui importe quand on y réfléchit. Si le résultat est le même, à la fin, c’est ce qui compte n’est-ce pas? Qu’en penses-tu?

Dépendamment du domaine et spécialement pour les entreprises de service, je ne crois pas que le diplôme soit un gage d’aptitude. À mon avis, ce qui importe, c’est le résultat obtenu. Parce que c’est le résultat qui importe au final.

Je t’explique mon point de vue plus en détails et je te donne même un exemple qui m’est arrivé personellement dans cette vidéo que je t’invite à regarder.

Bon visionnement!

N’hésite pas à commenter ce que tu en penses et t’abonner à notre chaîne Youtube!

Ressource supplémentaires: 

Développe ton Mindset pour mieux développer ta business de rêve : https://lespetitssucces.com/mindset

Le PowerWomen Club (ouverture des inscriptions occasionnel, si c’est ouvert fait vite!): https://lespetitssucces.com/club

Partage

Marjorie Beaudet

Je suis Marjorie Beaudet, fondatrice de Les petits Succès et de son académie en ligne Les petits Succès Académie. J’ai commencé mes 14 premières années de vie en France, à Bordeaux, pour ensuite m’installer au Québec en 2005. J’ai commencé mes études en droit ainsi que mon expérience professionnelle en notariat, pour ensuite me rendre compte que ce n’était pas pour moi. J’adore le droit, mais comme intérêt pas comme carrière. C’est au travers du développement personnel et de beaucoup d’introspection que j’ai découvert ce qui me drive vraiment dans la vie, et c’est d’aider les femmes à s’accepter et être bien avec elles-mêmes. Alors j’ai fait un virage à 180 degrés, pris mon courage à deux mains et j’ai tout recommencé de zéro. J’ai décidé de faire ce qui est bon pour moi et non ce que les autres attendent de moi.