Apprendre à se détacher de l’argent pour mieux avancer

Partage

On entend souvent dire qu’il faut se détacher de l’argent pour mieux avancer et évoluer dans toutes les sphères de nos vies et spécialement dans nos entreprises. Dans les derniers mois, j’ai pu mettre cette phrase en application dans mon entreprise et je t’en parle un peu plus dans cet article.

Dans mon entreprise de coaching, j’offre des rencontres de 45 minutes pour évaluer les besoins des gens qui désirent s’inscrire à des séances de coaching avec moi. Ces rencontres préparatoires servent entre autres à voir si oui ou non, je peux aider ces personnes et si le courant passe bien entre nous. Cette étape est d’ailleurs super importante, car je veux absolument m’assurer que je connecte bien avec la personne, autant de son côté que du mien.

Ces rencontres me permettent également d’avoir l’IMMENSE privilège de discuter avec des femmes extrêmement inspirantes que je n’aurais pas pu rencontrer sans la magie d’internet.

J’ai constaté que ce qui revient la plupart du temps lors de ces rencontres, c’est la fameuse question de l’argent. Évidemment, nous voulons tous avoir de l’argent, mais par contre, souvent inconsciemment, on s’empêche parfois d’en avoir.

Souvent, les gens démarrent une entreprise avec l’espérance d’avoir rapidement un retour sur leur investissement. Illusionnés par les nombreuses histoires à succès qu’ils voient passer sur les réseaux sociaux, ils se mettent en tête d’obtenir ces mêmes résultats rapidement. Alors, lorsque le 5e jour arrive, ils commencent à douter. Autour du 31e jour, ils commencent à être sérieusement déçus. Et quand le 6e mois se pointe, ils pensent souvent à tout lâcher en se convaincant que tout ça n’est pas fait pour eux finalement.

Le succès rapide, c’est possible?

Absolument! Je connais personnellement des gens qui en sont la preuve vivante. Ce qu’on ne voit pas, par contre, c’est les nombreuses nuits blanches, le manque de vie sociale et les nombreuses années à chercher la bonne idée, la bonne méthode, à tester des trucs qui ne fonctionnent pas, etc.

Donc, si je peux me permettre de te donner un premier conseil, ne compare pas ton succès avec celui de gens dont tu ne connais pas la totalité de l’histoire. Et ne te fie surtout pas à ce que tu vois sur les médias sociaux, car, comme tu le sais, on n’y montre souvent que le beau.

Le résultat financier à court terme

J’ai remarqué que souvent, les gens qui éprouvent des difficultés à générer de l’argent sont généralement trop axés sur les résultats. Et quand on y réfléchit, c’est parfaitement normal. Ils veulent faire rapidement de l’argent. Parfois, ils ont fait de mauvais investissements et veulent récupérer leur argent au plus vite. Parfois encore, ils ont quitté un emploi qui ne leur convenait plus et leurs économies commencent à disparaitre. Peu importe la situation, il y aura toujours une urgence pour faire de l’argent.

Malheureusement, cette façon d’agir, c’est réfléchir à court terme. C’est aussi penser plus à l’argent qu’au client. En pensant de cette façon, on n’est pas une mauvaise personne pour autant, on est plutôt en mode survie. Et lorsqu’on est en mode survie, et bien on pense à nous en premier.

Changer sa façon de penser

Le secret pour changer cette façon de penser, c’est d’apprendre à se détacher de l’argent. C’est plus facile à dire qu’à faire tu vas me dire. Mais ça fonctionne! Lorsque tu cesses de t’en faire et de stresser avec l’argent, tu y vois plus clair et tu as plus d’énergie à investir ailleurs. Le négatif draine l’énergie, comme tu le sais sûrement.

Mon histoire

De mon côté, la première fois que j’ai réussi à me détacher de l’argent, j’étais dans une situation très précaire. J’étais en burnout, sous antidépresseurs, plus de job, pas de chômage et plus de sous. J’ai investi 1100 $ que je n’avais pas (carte de crédit loadée, merci!) dans du coaching. C’était critique pour moi de faire de l’argent après un tel investissement. À ce moment-là, j’ai décidé d’agir comme si je faisais 10 000 $ par mois et 100 000 $ par année. Et j’ai réussi à en être convaincue. Moi et mon copain, on avait également établi une date réaliste pour y arriver. On s’était mis d’accord sur le fait que si d’ici 3-4 mois, je ne commençais pas à faire de l’argent, je retournerais sur le marché du travail (et ça, il n’en était pas question pour moi). Je me trouvais vraiment ambitieuse avec mes 3-4 mois, mais je ne pouvais pas m’en permettre plus.

Donc, pendant tous les jours qui suivirent, j’ai travaillé avec la certitude que je faisais déjà 10 000 $ par mois et que je gérais une business de 100 000 $ par année. Et j’évitais surtout de vérifier dans mon compte de banque, car ça aurait brisé la magie à coup sûr!

Se détacher de l’argent

Un mois et demi passe et boum! Je finis par générer 4000 $ de ventes en 2 semaines. What!?! Je n’avais jamais été capable de me détacher de l’argent auparavant!

Décembre arrive, mes affaires vont bien. Je veux atteindre le 30 000 $ et je focus tellement sur cet objectif que je sors l’artillerie lourde. Je mets tout en œuvre pour y arriver. Résultat? Je ne le fais pas! Et je remercie la vie pour cette leçon. J’étais tellement concentrée sur cet objectif que ça a dû se ressentir dans mon approche et ma façon de faire alors personne n’a voulu de moi.

En mars 2018, j’investis dans du mentorat aux États-Unis. Un investissement dans les cinq chiffres pour te donner une idée de l’investissement très déstabilisant que je venais de faire. Le lendemain de cet investissement, la banque me contacte pour m’informer que je dois commencer à rembourser ma marge de crédit étudiante puisque j’ai terminé mes études. 7500 $ en tout!

Comme je ne souhaitais pas utiliser mes cartes de crédit et payer d’autres frais d’intérêts, je demande à la conseillère de me donner un délai de deux semaines pour tout payer d’un coup. Elle accepte.

Honnêtement, à ce moment-là, je n’avais aucune idée de comment j’allais m’y prendre pour y arriver. Mais je savais que j’y arriverais. Dans la vie, on dit de définir le quoi et le comment se présentera. J’ai décidé d’essayer.

J’ai changé ma façon de penser face à l’argent

Ce que j’ai fait par la suite? Je me suis détachée de l’argent. J’ai fait mes rencontres, refusé beaucoup de personnes que je ne pouvais malheureusement pas aider ou qui n’étaient pas encore prêtes et accueilli des personnes que je pouvais aider. Deux semaines plus tard, ma marge de crédit était remboursée et fermée.

Pourquoi je te raconte tout ça? Parce que ça fonctionne! Je suis persuadée que les nombreuses personnes qui sont venues me rencontrer ont senti que mon intention de les aider était sincère et non dans le but de leur vendre un service. Les rencontres que j’offre sont toujours offertes dans le but d’aider les gens. Si je ne peux pas les aider ou si ce n’est pas dans le meilleur intérêt de la personne, on ne force rien. Et cette façon d’agir enlève un poids énorme de nos épaules. Ça nous permet de nous concentrer totalement sur les clients et de donner le meilleur de nous-mêmes. Ce qui nous revient toujours, au final.

Mon conseil pour toi

Donc, mon conseil c’est que si tu investis en toi dans des formations ou du coaching, détache-toi de l’investissement et de l’argent pendant que tu suis la formation. Ainsi, tu absorberas mieux les connaissances et tu pourras aussi mieux les mettre en application.

Voilà! J’espère vraiment que mon histoire saura t’inspirer et t’aider à essayer de te détacher de l’argent pour mieux faire évoluer ta business.

Si le cœur t’en dit, dis-moi ce que tu as pensé de cet article en commentaire. Et n’oublie pas que tu peux toujours rejoindre notre groupe « PowerWomen Biz-Les Petits Succès » sur Facebook pour des trucs et conseils pour améliorer ton mindset et faire grandir ton entreprise.

Si tu aimerais avoir de l’aide pour propulser ton entreprise encore plus loin, je t’invite à jeter un coup d’œil à nos différents programmes par ici

N’oublie pas de partager cet article sur tes réseaux sociaux si tu l’as apprécié!

Partage

Marjorie Beaudet

Je suis Marjorie Beaudet, fondatrice de Les petits Succès et de son académie en ligne Les petits Succès Académie. J’ai commencé mes 14 premières années de vie en France, à Bordeaux, pour ensuite m’installer au Québec en 2005. J’ai commencé mes études en droit ainsi que mon expérience professionnelle en notariat, pour ensuite me rendre compte que ce n’était pas pour moi. J’adore le droit, mais comme intérêt pas comme carrière. C’est au travers du développement personnel et de beaucoup d’introspection que j’ai découvert ce qui me drive vraiment dans la vie, et c’est d’aider les femmes à s’accepter et être bien avec elles-mêmes. Alors j’ai fait un virage à 180 degrés, pris mon courage à deux mains et j’ai tout recommencé de zéro. J’ai décidé de faire ce qui est bon pour moi et non ce que les autres attendent de moi.

Leave a Reply

Your email address will not be published.