Un mouton noir dans la bergerie

Partage

T’arrive-t-il parfois de te demander qui tu es?

Si cette personne assis derrière son bureau ou sa caisse au travail, c’est vraiment toi? Dire oui sans broncher, ne rien remettre en question, t’exécuter tout bonnement, bref ne pas avoir d’âme. Est-ce bien toi?

Je ne sais pas s’il t’arrive de ressentir ça toi aussi, mais parfois j’ai l’impression de me perdre là-dedans. Entre ce qu’il faut faire et ne pas faire, ce que les gens attendent de nous, ce que nous nous rêvons de faire. Ça devient vite surmenant.

Par exemple, notre couleur de cheveux. J’ADORE le rouge et j’aimerai les avoir rouge. Tu sais un beau rouge pas trop flash, mais pas trop terne. De quoi faire ressortir la couleur de ma personnalité et de satisfaire mes envies de changement. Ben non, la majorité des emplois de bureau requiert un style raisonnable et par la ça veut dire de se fondre dans la conformité des vêtements sobres, et couleurs de cheveux socialement acceptées et le rouge n’en fait pas partie (dommage)!

Je suis d’accord que porter des vêtements où la moitié des parties génitales d’une femme (ou même d’un homme) n’ont peut-être pas leur place dans ce genre d’endroit, mais n’allons-nous pas trop loin avec la couleur de nos vêtements et de nos cheveux?

Par exemple: une image en fond d’écran d’ordi d’un tatoo d’une femme (qui est en soi de l’art) et qui est peu vêtue est prohibée, car ça peut offenser des collègues. J’ai envie de dire que si ça t’offense regarde ailleurs c’est SON bureau, SON petit 6 mètres carrées d’intimité pour travailler! Il ne regarde pas du porno à ce que je sache!

J’ai l’impression que l’on atteint un niveau où vivre et laisser vivre n’est plus qu’une simple maxime.

Et c’est dommage, car c’est grâce aux différences que l’on fait évoluer notre peuple. C’est grâce à nos visions, nos personnalités, nos désirs, nos rêves que nous créons de nouvelles techniques, technologies, opportunités, etc.

C’est grâce à des fous comme Thomas Edison, Albert Einstein et pleins d’autres que nous sommes rendus où nous sommes et ce n’est pas pour rien qu’on parle encore d’eux.

C’est grâce à l’évolution de nos perceptions, grâce à des personnes qui voient le monde différemment, que l’élection d’un président noir a été possible, que le mariage gay est de plus en plus reconnu dans divers pays, que les femmes peuvent voter et travailler, que tout le monde peut rêver de travailler à son compte chez soi derrière un ordinateur (avec une bonne idée et beaucoup de travail, on s’entend!).

Ce n’est pas facile d’être le mouton noir dans la bergerie.

De refuser de se conformer et de ne pas flancher sous les pressions sociales. C’est dur, car parfois on peut se faire rejeter par le groupe, critiquer, et se sentir très seule. L’envie de faire comme tout le monde pour ne plus vivre ça devient alors brûlante. Mais tu sais quoi? Tu ne seras pas plus heureuse. Car, au plus profond de toi, tu le sais, tu le sens, que tu joues un rôle qui n’est pas le tien… jour…après…jour.

Cela dit, n’ait plus peur! Car, heureusement pour toi, tu n’es pas seule. Il existe différent groupe de personne dans le monde, c’est pour cela que les Emo ne sont pas vraiment seuls. Il te suffit de t’entourer des bonnes personnes. Pas nécessairement, exactement, comme toi, car tu as beaucoup à apprendre de gens différents, mais de gens qui respecterons et aimerons qui tu es vraiment. Qui ne te jugeront pas, ni te critiqueront. Des gens devant qui tu te sentiras à l’aise d’être toi et de faire des conneries, car ils seront toujours là pour t’épauler et te guider dans le respect de tes valeurs les plus profondes.

Cela dit, la route est longue avant de se sentir libérer de tout ce poids, mais si chaque jour tu relâches un peu plus la louve que tu es, demain sera un peu plus facile.

Avec amour,

Marjorie

Partage

Marjorie Beaudet

Je suis Marjorie Beaudet, fondatrice de Les petits Succès et de son académie en ligne Les petits Succès Académie. J’ai commencé mes 14 premières années de vie en France, à Bordeaux, pour ensuite m’installer au Québec en 2005. J’ai commencé mes études en droit ainsi que mon expérience professionnelle en notariat, pour ensuite me rendre compte que ce n’était pas pour moi. J’adore le droit, mais comme intérêt pas comme carrière. C’est au travers du développement personnel et de beaucoup d’introspection que j’ai découvert ce qui me drive vraiment dans la vie, et c’est d’aider les femmes à s’accepter et être bien avec elles-mêmes. Alors j’ai fait un virage à 180 degrés, pris mon courage à deux mains et j’ai tout recommencé de zéro. J’ai décidé de faire ce qui est bon pour moi et non ce que les autres attendent de moi.

Leave a Reply

Your email address will not be published.