Qui suis-je?

Partage

J’imagine que si tu as cliqué sur le lien, c’est parce que tu aimerais en savoir plus sur moi! Et là, tu dois te dire, mais quelle perspicacité!!! Et oui, je suis reconnue pour être une jeune femme vive d’esprit!

Plus sérieusement, qui suis-je?! Il serait complexe d’un simple écrit de refléter toute ma personnalité si unique, simple et complexe à la fois. Donc, je vais m’en tenir à l’essentiel, afin que tu ne passes pas plusieurs jours là-dessus!

Je m’appelle Marjorie Beaudet et je suis une jeune femme de 25 ans issue d’une famille quelque peu dysfonctionnelle, mais qui n’a jamais pensé la même chose au moins une fois dans sa vie? Je suis née en France aux alentours de Bordeaux (Et oui, j’adore le vin!!!). Je suis née avec une tumeur (bénigne ne t’inquiètes pas!) dans une mauvaise période de vie de mes parents. Ce qui bien évidemment a rendu mon enfance complexe, souffrante, mais cependant très instructive. J’ai dû grandir vite pour survivre. Pourquoi pour survivre? Car, ma mère n’était pas présente pour moi pour des raisons qui lui appartiennent et mon père ne faisait simplement plus parti de ma vie pour des raisons qui leur appartiennent à lui et ma mère. En sommes, heureusement que j’avais des grands-parents équilibrés qui prenaient soin de moi et ont probablement fait en sorte que je sois la fille que je suis aujourd’hui (merci!).

À un jeune âge, je ne me rappelle plus exactement quand, j’ai commencé la gymnastique, en France, dans un club. J’ai donc fait un sport, des compétitions, remportée des médailles et quelques coupes. À mes 6 ans, j’ai dû retourner à l’hôpital pour cause de complication au niveau de la cicatrice de ma tumeur. À mes 14 ans, ma mère décide qu’elle veut quitter la France, elle pense à plusieurs pays exotiques, car elle rêve de vivre sous les tropiques, mais finalement le choix s’arrête sur le Québec (et là tu te demandes sûrement pourquoi a-t-elle voulu quitter la France, honnêtement la seule explication à cet âge que j’ai trouvée en lien est le fait qu’elle avait arrêté de fumer, s’était fait percer le nombril et voulait déménager! Rien de bien complexe!).

Honnêtement, je n’étais pas très enthousiaste au départ à l’idée de déménager de PAYS, car j’avais l’habitude de déménager avec ma mère, la stabilité ne faisait pas partie de son quotidien, mais de là à changer de pays et traverser l’océan… C’était beaucoup me demander. On venait de déménager pour la énième fois, je venais de me refaire des amis et je ne voulais pas les quitter étant dans la difficile période de l’adolescence où je me cherchais. Bref, c’était je déménage où je vais chez mon père donc vu que je n’ai pas vraiment eu de nouvelles depuis plus de 7 ans, ce n’était pas vraiment une option à mes yeux.

2 juin 2005, me voilà arrivée au Québec, je ne comprends pas cette langue qui ressemble plus à de l’anglais que du français à mes oreilles. Je vis dans un trou (St-Didace, 500 habitants), la poubelle est à 500m de la maison, un demi kilomètre, non mais… sérieux? Qui a décidé de mettre la civilisation si loin de la maison ou vice-versa!? J’ai découvert aussi que les moustiques…heu maringouins… sont nourris au grain au Québec!!! Ils font 2 fois la taille d’un moustique de base en France et même avec 3 couches de pantalons (non je ne rigole pas j’étais habillée ainsi pendant mon premier été à St-Didace où la maison était juste à côté de 2 étangs), leur trompe traverse les trois couches de pantalon. Personnellement, je me suis dit qu’ils étaient génétiquement modifiés, il ne pouvait y avoir d’autres explications!

Ensuite, je suis allée à l’école privé faire mon secondaire 4 (Oui, j’ai dû sauter une classe à mon arrivé, il semblerait que la matière que j’avais vu et mes notes justifient cette avancée rapide), à l’Académie Antoine Manseau  où j’ai découvert que les Québécois étaient très chaleureux, gentils et contents de me faire découvrir leur culture (qui se résuméait ce jour là à de la Root Beer et de la poutine) et que j’étais sur mes gardes, certaine que l’on me préparait un mauvais coup, dû à mes origines françaises. J’ai donc réalisé qu’en France, adolescent, on est une vraie bande de sauvage!

Par la suite, mon autorité parental (car c’est tout ce que mes « parents », soit mon beau-père et ma mère (représentaient), m’ont transféré dans une école publique, pour cause monétaire. Pendant mon secondaire 5 à l’école secondaire Thérèse Martin, j’ai eu de nouveau des complications avec la cicatrice de ma tumeur. J’ai dû manquer 2-3 mois d’école. Nul besoin de vous dire que je n’apparais pas beaucoup dans le livre des finissants! J’ai tout de même passé mon année!

16 ans! Enfin, je peux entrer au CEGEP et quitter le domicile « familial ». Comme vous avez dû le comprendre, ma vie à la maison s’apparentait à peut-être ce que les gens appellent communément l’enfer, cependant, je n’ai pas envie d’entrer dans les détails. C’est pourquoi, à 16ans, j’avais l’opportunité de vivre, vivre ma propre vie et je l’ai prise. Il faut comprendre que dans notre vie, des occasions/opportunités se présentent, mais c’est rare qu’elles se présentent plus d’une fois, alors il faut savoir les saisir au vol. Heureusement, je l’avais déjà compris. Ce fût une période difficile, je n’avais aucune aide financière de la part de ma famille, j’avais 4 emplois temps partiel, mes études, une mère qui ne voulait plus me parler ou le faisait pour me demander des services, une relation avec un homme violent (c’était mon premier copain, je n’arrivais pas à y mettre un terme étant sans famille). Bref, mes notes en ont subies les conséquences. J’ai même eu mes professeurs qui se sont cotisés sans me le dire pour m’acheter des cartes d’épicerie pour que je puisse manger, et on m’avait volé mon ordinateur, donc l’été je pédalé 1h30-2h par jour pour aller travailler dans un golf pour payer le loyer et essayer de survivre sans aide (mon colocataire avait fini par me nourrir vu que parfois je n’étais pas en moyen de le faire). Cependant, jamais il m’est traversé l’esprit de retourner chez mes « parents », dans l’enfer qu’était la vie avec eux. Tu dois te dire que j’exagère sûrement, moi je pense que si je te comptais en détails ma vie, tu trouverais que je n’en mets pas assez.

Janvier 2010, je suis au bout du rouleau, je n’ai plus d’argent, je ne sais plus comment faire pour vivre. Et MIRACLE, je retrouve ma soeur sur Facebook (et oui j’ai une soeur!?!) et mon père me contacte, m’envoie de l’argent et me paye le billet d’avion pour qu’en mai après mes études j’aille le rencontrer. Plus de 10 ans sans nouvelles. Inutile de vous dire que ce fut bouleversant, car après une absence aussi importante pendant les périodes importantes de mon développement, cet homme n’est pas mon père, mais plus un ami qui fût mon géniteur. Il habite à 6000km. Notre relation ne peut évoluer ainsi.

Bref, je finis le CEGEP en mai 2010, je passe mon année grâce à beaucoup d’aide, et pendant les 4 années suivantes, je fais des erreurs côté relation sentimentale (je suis une grande naïve), je rencontre des gens FORMIDABLES qui vont m’aider énormément dans cette période de ma vie de jeune adulte et mon sort s’améliore CONSIDÉRABLEMENT. Je travaille, je rembourse mes dettes, j’ai tranquillement de l’argent, un chez moi à moi, j’ai recommencé l’activité physique au gym, j’ai une vie sociale saine, bref ma vie prend un nouveau tournant.

J’ai passé par beaucoup de périodes difficiles, chaotiques, mais au bout du compte, j’ai toujours souhaité m’en sortir. J’ai toujours fait mes choix intelligemment en fonction du style de vie que je souhaitais. Je n’ai JAMAIS baissé les bras, car je savais qu’un jour où l’autre à force de faire tout ce qu’il faut pour m’en sortir, j’allais finir par y arriver, il n’y avait pas de raison.

2013, je décide de poursuivre mon évolution à l’université au certificat en droit à l’université de Montréal. Ne pouvant plus aller au gym, car je travaillais temps plein plus de 40h, j’allais à l’université temps plein (4 cours) et je n’avais pas de voiture, je décide d’essayer Insanity, un programme sur dvd à faire à la maison. J’obtiens de meilleurs résultats en 30jours d’Insanity qu’en 4 ans au gym. Je n’en croyais pas mes yeux. Je décide donc de communiquer avec ma coach anglophone qui me propose de faire partie d’un de ses défis sur Facebook et qui me fait découvrir « Le Secret », soit la loi de l’attraction. Je fais son défi, j’ai des résultats encore plus fous, car j’apprends à m’alimenter sainement. Je découvre une nouvelle moi. Plus confiante, plus positive, encore plus souriante, heureuse, de bonne humeur, etc.. Je décide que c’est mon heure. Moi aussi je veux aider des gens à découvrir que la vie est belle et que tout part de nous en réalité. Je deviens à mon tour coach, et là… je découvre quelque chose qui change COMPLÈTEMENT ma vie.

Le développement personnel! WOW! Ce fût une révélation. « Le Secret » était une introduction au développement personnel, mais là je baignais dedans. Les livres se sont succédés, les vidéos Youtube aussi, les Podcasts, bref il m’en fallait plus, j’avais SOIF de connaissance. Le fitness était une passion depuis longtemps, la nutrition a suivi, mais là, le développement personnel en était une nouvelle et il fallait que j’en sache plus!!! J’ai tellement appris. Je vois la vie différemment dorénavant. Je sais que je suis maître de ma vie, de mes choix, de mes actions. Seule mon attitude peut faire en sorte qu’une journée sera bonne ou mauvaise. J’ai appris à croire en moi, en mes rêves, à les protéger, à me libérer du négatif et des gens négatifs. J’ai appris à VIVRE. Non ce n’est pas vrai que l’on ne peut pas vivre heureux, on le peut!!! Cependant, pour y parvenir il faut le VOULOIR! Il faut changer sa façon de penser, d’agir, de réagir, de réfléchir. Si tu veux être heureux, il faut que tu travailles sur ton bonheur. Et c’est le pourquoi que j’ai créé ce blog. Je veux aider le plus de gens possible à être heureux. Je crois fermement que de l’activité physique, une bonne alimentation et du développement personnel permettent l’atteinte du bonheur, car ce fût le cas pour moi et beaucoup d’autres personnes que j’ai aidé grâce à Beachbody. L’activité physique et l’alimentation aide à la santé physique, des organes, des muscles, de l’apparence, etc. Le développement personnel aide à la santé mentale/émotionnelle. Il est évident que le tout combiné donne une solution gagnante!

Pour conclure,  je t’ai compté mon histoire en résumé, car je veux que tu comprennes d’où je viens. J’ai évolué dans une enfance peu propice à un développement sain et pourtant je suis devenu quelqu’un de bien, équilibré et raisonné, le tout grâce à ma volonté de m’en sortir. J’ai eu BEAUCOUP d’embûches et d’obstacles qui auraient pu me faire tout abandonner, prendre de la drogue etc. Pourtant, je n’ai jamais fumé de ma vie. Je suis toujours restée sur le droit chemin, car j’avais un but en vue qui était plus important que tout le reste. Mon rêve d’une vie paisible, loin de tout ce qui m’accablait, de liberté. Mon histoire est malgré tout une bénédiction. Grâce à elle, j’ai grandi vite. À 24 ans, je suis très mature et sage, je suis très empathique et grâce à mon bagage je peux comprendre, aider et inspirer. Grâce à mon histoire, je peux me permettre de vous transmettre ce message d’espoir et de positivisme aujourd’hui. Grâce à mon histoire, tu peux réellement croire qu’il est possible de s’en sortir et que les erreurs du passé de notre famille ne sont pas obligées de nous suivre dans notre avenir. Tout est une question de choix, de choix que toi tu fais. Grâce à mon histoire, tu sais maintenant que tu peux choisir la suite de la tienne, car ton histoire t’appartient.

Et, j’oubliais, n’oublies pas de célébrer tes succès, les petits comme les grands, car ce sont eux enfin de compte qui nous rapprochent de notre but ultime.

Sois la star de ta propre vie!

Marjorie

Partage

Marjorie Beaudet

Je suis Marjorie Beaudet, fondatrice de Les petits Succès et de son académie en ligne Les petits Succès Académie. J’ai commencé mes 14 premières années de vie en France, à Bordeaux, pour ensuite m’installer au Québec en 2005. J’ai commencé mes études en droit ainsi que mon expérience professionnelle en notariat, pour ensuite me rendre compte que ce n’était pas pour moi. J’adore le droit, mais comme intérêt pas comme carrière. C’est au travers du développement personnel et de beaucoup d’introspection que j’ai découvert ce qui me drive vraiment dans la vie, et c’est d’aider les femmes à s’accepter et être bien avec elles-mêmes. Alors j’ai fait un virage à 180 degrés, pris mon courage à deux mains et j’ai tout recommencé de zéro. J’ai décidé de faire ce qui est bon pour moi et non ce que les autres attendent de moi.