S’arrêter pour réfléchir, c’est agir pour mieux réussir

Partage

Tout comme les saisons et les lunes, les humains ont des cycles. Des cycles qui, caractérisés principalement par des rythmes changeants, influencent nos énergies et nos comportements.

Qu’ils soient provoqués par nos hormones, l’astrologie ou encore tout simplement par les cycles des autres formes de vie qui nous entourent, nos changements de rythme nous affectent de plusieurs manières, à commencer par le fait qu’on les ignore et/ou qu’on ne les respecte pas.

On est tellement toujours trop pogné dans nos affaires, dans notre train-train quotidien et dans nos attentes de résultats bien définis. On pense qu’en travaillant plus, on va mieux faire les choses, accomplir plus et arriver à de meilleurs résultats.

C’est tellement faux et on le sait tous, mais là où ça accroche, c’est dans la pratique. C’est pas parce qu’on sait quelque chose, qu’on l’applique nécessairement.

Redéfinir la notion du travail

En tant qu’entrepreneur (travailleur autonome), généralement, on aime tellement ce qu’on fait, qu’on a pas vraiment l’impression que c’est un travail. On est passionné et on a besoin que ça avance concrètement pour être satisfait.

D’ailleurs, notre degré de fierté est mesuré par le nombre d’accomplissements quotidiens, le nombre de choses cochées sur la to-do list ou le niveau d’utilité qu’on ressent avoir atteint au cours de notre journée.

C’est comme si on avait retiré l’énergie et le rythme de l’équation. Comme si, inconsciemment, on prenait pour acquis que peu importe la température, la saison, la nature, les événements, l’économie ou autres facteurs, notre comportement humain serait toujours le même : faire X pour accomplir Y.

C’est ce qu’on apprend dans plusieurs sphères de notre vie, alors on le reproduit sans se demander pourquoi ou se questionner sur l’efficacité et/ou l’impact réel d’un tel comportement.

Pour voir les choses autrement, prenons l’arbre comme exemple…

Je suis presque certaine que l’arbre ne calcule pas ses accomplissements par le nombre de centimètres qu’il a prit aujourd’hui ou le degré de brillance de ses nouvelles feuilles.

L’arbre ne semble pas moins majestueux parce qu’il n’a pas couru de gauche à droite pour faire pousser ses racines et se débarrasser de ses feuilles mortes.

Il est fixe, mais ça ne l’empêche absolument pas de suivre doucement le mouvement du vent, de continuer de grandir, de renouveler son feuillage et de gagner en force au fil du temps.

La vraie puissance de l’arbre se trouve là où on ne peut la voir : dans le sol. C’est là que l’arbre travaille sa force et puise ses ressources.

C’est toxique de s’enchainer à un écran ou à une liste de choses à faire. Ça nous fait oublier qu’il y a une multitudes d’autres façons gagnantes de travailler, à commencer par être, naturellement.

Rien faire, c’est avoir le courage de travailler sur soi.

Chaque chose en son temps

Je sais pas pour vous, mais personnellement, c’est toujours dans mes pires états d’être que je ressens un besoin intense de tout changer, de virer l’monde à l’envers et de le replacer à ma façon dans un modeste échéancier de 24 heures.

Alors que mes hormones en furies me bombardent d’émotions, que le sommeil régénérateur n’est pas au rendez-vous et que, pour agrémenter le tout, mes saines habitudes alimentaires ont pris congé pour laisser place à des rages de cochonneries… moi, comme si c’était pas suffisamment agité, je veux que ça bouge.

Entreprendre quoi que ce soit dans un pareil scénario, c’est aller à l’encontre de mon rythme. Parce que tout est déjà en mode dérapage, je me fais croire que c’est en redoublant d’efforts pour contrôler que je serai plus en maîtrise. C’est là que je crée des montagnes avec 3 grains de sable.

« Bien souvent, quand on a le goût d’accélérer, c’est le moment où on doit s’arrêter. » – Serge Marquis

À force d’être trop occupé à se comparer au voisin et à s’imposer les standards des autres, on ignore les changements naturels qui se présentent dans nos vies.

Ce qui a pour conséquence qu’on subisse péniblement nos états d’être plutôt que de composer avec et de refaire nos énergies.

C’est bien d’avoir des objectifs et c’est important si on ne veut pas juste errer au fil du temps. Si on veut arriver à quoi que ce soit, on ne peut pas juste attendre d’avoir la motivation ou une bonne idée, mais c’est pas en nourrissant une impression que tout ne va pas assez vite, qu’on chemine vers le succès.

Quand on a des baisses d’énergie, quand notre corps nous parle, que notre esprit est pas là, qu’il y a de la confusion, que c’est difficile, qu’il y a beaucoup de résistance… Il faut apprendre à ralentir pour écouter les messages qui se présentent à nous sans compliquer ou dramatiser les choses.

Les passes difficiles, ça existe et c’est normal!

Ignorer quelque chose ne le fait pas disparaître. Au contraire, ça lui donne le temps de prendre de l’ampleur pour finir par nous contrôler.

Le secret de la simplicité

À la base, les choses sont d’ordinaire assez simples, mais puisqu’on est constamment dominé par la performance, on les complique.

On a une possibilité juste devant nous et on s’acharne à prendre un détour pour y accéder. On construit un mur, plutôt que de simplement se servir de ce qui est à notre portée.

Ça doit venir de la croyance que si c’est trop facile, c’est qu’il y a sûrement une attrape! Et puisqu’aucun de nous souhaite être le nigaud de l’histoire, on bâtit des obstacles pour être certain de mériter ce qu’on obtient.

Sous prétexte qu’il nous manque quelque chose pour justifier une réalisation, on attend que quelqu’un nous donne le droit, la crédibilité, la confiance ou la notoriété d’agir.

Mais c’est écrit où au juste que pour écrire un livre, par exemple, il faut être crédible? Quand t’achètes un ordinateur ou un crayon et du papier, c’est pas spécifié dessus : usage réservé aux gens crédibles.

La beauté, c’est que c’est une question de perception. Certains vont te vénérer, d’autres te détester pour ce que tu (n’)es pas, pour ce que tu (ne) fais pas.

Alors apprends à apprivoiser tes états d’être et à te donner des moyens d’accomplir différemment en toute simplicité.

Avant de commencer à travailler, valide comment tu te sens. Plutôt que de te garocher sur ton ordinateur, prends le temps de faire le point.

Si ça va moins bien une journée, diminue ou change tes objectifs et constate comment tu peux quand même avancer.

Est-ce que c’est le bon moment pour entreprendre cette tâche-là? Suis-je dans un état propice pour obtenir un résultat satisfaisant de cette action?

Vas-y comme tu le sens, en douceur… Cherche ce que tu peux faire pour que ton état soit moins pénible, voire pour le transformer en une occasion.

Suivre ses cycles, c’est respecter et protéger son énergie. Être et ressentir avant de choisir comment se mettre en mouvement pour que ce soit profitable.

Soit comme l’arbre, travaille sous les apparences pour évoluer et accomplir en respectant ta nature.

——————————————–

Sabrina Daoust, Formatrice et gestionnaire de projet

www.sousunautreangle.ca | www.lesingerables.com

Un petit peu plus sur Sabrina

Complice et faire-valoir de ceux qui osent entreprendre, je les aide à voir, penser et agir différemment. Le tout pour mieux gérer leur quotidien de façon naturelle et rester alignés sur ce qui leur est essentiel.

La gestion ça circule dans mes veines. Je suis autodidacte et pragmatique. J’ai un esprit logique, cartésien, analytique, débordant d’imagination et parfois contre-intuitif. J’ai de la misère avec la monotonie. Et je fais souvent de drôles de comparaisons pour exprimer ce qui se passe dans ma tête. Je suis passionnée d’évolution et de célébration. J’adore le vin, la bonne bouffe, les petits bonheurs simples de la vie. Je raffole des histoires, des enquêtes, des recherches parce que j’aime les découvertes, les débats, les aventures et les remises en question.

Je contribue à bonifier vos activités et résultats en structurant et en optimisant l’utilisation de ressources précieuses à votre succès. Au plaisir!

Partage

Sabrina Daoust

Complice et faire-valoir de ceux qui osent entreprendre, je les aide à voir, penser et agir différemment pour mieux gérer leur quotidien de façon naturelle et rester alignés sur ce qui leur est essentiel. La gestion ça circule dans mes veines. Je suis autodidacte et pragmatique. J’ai un esprit logique, cartésien, analytique, débordant d’imagination et parfois contre-intuitif. J’ai de la misère avec la monotonie et je fais souvent de drôles de comparaisons pour exprimer ce qui se passe dans ma tête. Parce que je suis passionnée d'évolution et de célébration, j'adore le vin, la bonne bouffe, les petits bonheurs simples de la vie, les histoires, les enquêtes, les recherches, les découvertes, les débats, les aventures et les remises en question. Je contribue à bonifier vos activités et résultats quotidiens en structurant et en optimisant l'utilisation de ressources précieuses à votre succès. Au plaisir!

Leave a Reply

Your email address will not be published.