Se comprendre les uns les autres

Partage

Est-ce qu’il t’arrives toi aussi de te sentir incompris? De trouver que les gens ne sont pas assez compréhensif et trop centré sur leurs propres problèmes et propre vie pour daigner même nous comprendre?

Souvent ce sentiment abrite trop de personnes. Il est dit que l’être humain n’est pas fait pour vivre seul et de ce fait nous avons besoin de sentir que nous faisons partie d’un groupe, que nous avons notre place et que nous sommes compris et respecter en tant que personne.

Le besoin d’être compris et respecter peut compliquer les choses. Comme je le disais, nous trouvons souvent que les gens sont trop centré sur eux-même et nous oublient. Probablement, l’apparition de toute cette technologie qui nous oblige à être plus performant rapidement et joignable en tout temps, nous rend stressé et donc plus concentré sur nous-même et nos propres problèmes. Ceci peut faire sentir certaines personnes incomprises et nous-même incompris.

Souvent, nous rouspétons en disant “un tel comprend pas blablabla”, “il essaie même pas de me comprendre”, “je ne me sens pas écouté, compris et aidé” et j’en passe. J’imagine que tu te reconnais là dedans? Je pense ou j’imagine que l’on passe tous par là au moins une fois. Et je vais être honnête avec toi, je viens juste de passer par-là.

Je viens de vivre une période difficile sous différents domaines de ma vie et je trouvais que je manquais de compréhension. Je me sentais abandonné de tous et je sentais que personne essayée de comprendre la situation dans laquelle j’étais et que personne, du coup, ne daignaient m’aider, par au moins leur présence ou écoute. Que ce soit ma famille, mes amis, n’importe qui personne n’était là sauf mon conjoint et encore là je trouvais à redire qu’il ne me comprenait pas. J’étais “entourée” de gens qui me faisaient sentir encore plus seule que si je ne l’avais réellement été.

Alors je me suis recroquevillait sur moi-même et, forte heureusement, j’ai décidé de me consacrer à ma passion et de demeurer positive, car s’il y a bien une chose que j’ai apprise, c’est que c’est notre attitude face à ce genre de situation qui fait toute la différence.

Ma passion c’est être coach Beachbody, aider les gens avec leur programme d’entraînement, mais aussi sur le plan psychologique. J’aime aider les gens à se retrouver corps et âme, à s’aimer, à se redécouvrir, à se laisser une nouvelle chance. Pour aider ces gens sur le plan psychologique et plus profond, il faut moi-même que j’évolue constamment et apprenne constamment pour aider et inspirer les gens à réfléchir à leur tour. Donc, j’ai continué de me concentrer et consacrer à mon autre passion le développement personnel. Et ceci m’a amené à une vidéo qui a complètement changé ma perception du besoin de compréhension que j’avais et que les gens ont. Cette vidéo m’a poussé à réalisé que le problème c’était moi. Je demandais sans cesse au gens d’essayer de me comprendre et je me plaignais de leur incompréhensionmanque d’effort et de volonté. Et cette vidéo m’a poussé à me demander si MOI aussi j’essayais de les comprendre ces gens?

Est-ce que j’ai pris la peine de comprendre les gens qui ne me comprenaient pas? NON! J’étais moi-même tellement concentré sur ma situation et la misère que j’avais à la gérer, que je n’avais pas pris la peine de comprendre la situation de qui que ce soit excepter la mienne et revendiquer le soutien, l’aide et la compréhension des autres! Sauf, que ces gens-là aussi ont une vie, des problèmes, des familles, des besoins, etc. Pourquoi mes problèmes et ma vie nécessiteraient plus d’attention que les leurs? Pourquoi au lieu de critiquer ceux qui ne me comprennent pas, je ne prendrai pas le temps de les comprendre justement?

Après cette révélation et ces questionnements, j’ai décidé d’être plus à l’écoute de la situation des autres et de comprendre, d’être tolérante, de ne pas tout ramener à moi et de les aider. J’ai commencer par parler avec mon conjoint et de lui demander s’il se sentait compris. La réponse était vague, il n’a pas dit oui ni non, car lui-même ne s’était jamais posé la question. Cependant, à force de discuter, j’ai réalisé qu’il y avait des choses super importantes pour-lui que je ne savais pas et que je lui reprochais occasionnellement. Découvrir cela m’a permis de mieux comprendre, d’être plus tolérante et de l’aider à mieux apprécier ces activités qu’ils lui sont cher en lui laissant l’opportunité de les pratiquer quand bon lui semble sans jamais rien dire (je demeure très heureuse que les séries soient fini pour les canadiens et d’avoir d’autre chose à regarder à la télé, néanmoins! haha!).

Bref, toute cette réflexion sur mon expérience personnelle se veut éducative. Depuis que j’ai décidé de comprendre les autres avant de demander d’être comprise, je suis plus heureuse et en paix avec moi-même. Honnêtement, je ne me sens pas plus comprise des autres, mais la différence est que je n’en ai plus besoin. Maintenant, c’est moi qui comprends, et c’est très libérateur. Je comprends que les gens sont occupés pour tel ou tel raison, je comprends que tout le monde n’est pas comme moi, que tout le monde n’a pas eut la même vie ou même expérience que moi, que tout le monde ne raisonne pas comme je le fais, et je comprends que ce n’est pas parce que les gens s’en foutent de moi qu’ils ne comprennent pas, mais parce qu’ils ne sont pas libres. Ils sont tellement étouffés par leur tracas de la vie et leur vie à deux cent mille à l’heure qu’ils en oublient l’essentiel. Ouvrir les yeux, regarder la vie et apprécier chaque minute de celle-ci en partageant des éclats de rire entre amis, des soupers en famille, des pleures avec sa/son meilleur ami, des chagrins et autres moments qui nous lient encore plus fort les uns aux autres et font en sorte que notre vie est réellement spéciale grâce à ce lien qui nous lient et nous rend, une fois ensemble, encore plus spécial.

Est-ce que tu t’es déjà senti, ou te sens-tu, incompris(e)?

Partage

Marjorie Beaudet

Je suis Marjorie Beaudet, fondatrice de Les petits Succès et de son académie en ligne Les petits Succès Académie. J’ai commencé mes 14 premières années de vie en France, à Bordeaux, pour ensuite m’installer au Québec en 2005. J’ai commencé mes études en droit ainsi que mon expérience professionnelle en notariat, pour ensuite me rendre compte que ce n’était pas pour moi. J’adore le droit, mais comme intérêt pas comme carrière. C’est au travers du développement personnel et de beaucoup d’introspection que j’ai découvert ce qui me drive vraiment dans la vie, et c’est d’aider les femmes à s’accepter et être bien avec elles-mêmes. Alors j’ai fait un virage à 180 degrés, pris mon courage à deux mains et j’ai tout recommencé de zéro. J’ai décidé de faire ce qui est bon pour moi et non ce que les autres attendent de moi.