Je suis méfiante, tu es méfiante, il/elle est méfiante…

La méfiance… un mot qui se conjugue maintenant à toutes les sauces. Je suis méfiante, tu es méfiante, bref, tu as compris.

Une personne méfiante pour tous les convertir. Cela devrait être leur slogan.

Heureusement, nous naissons tous comme un canevas vierge de peinture. Malheureusement, la peinture qui s’accumulera aux fils des années comprendra des avertissements, des anecdotes, expériences malencontreuses et expériences décevantes qui finiront par rendre ce canevas rempli de confiance, de foie en l’être humain … en méfiance, peur, doutes et incertitudes.

Et cette méfiante, cette peur, ces doutes et incertitudes pousseront la personne à tout faire pour se préserver. À agir d’une manière différente d’auparavant, d’une manière qui ne lui ressemble pas.

Toujours sur la méfiance et la défensive.

Ainsi, elle traitera elle-même certaines personnes sur son passage injustement (sans le vouloir bien des fois) afin de ne plus se faire avoir.

Et malheureusement, cela sera une expérience mauvaise de plus dans le bagage de la personne avec qui elle n’a pas forcément était juste. Et cette personne deviendra à son tour méfiante, en mode survit.

Bref, tu vois le truc. Une spirale infernal, un cercle vicieux difficile à stopper.

Bien entendu, comme tout le monde, j’en ai fait les frais.

J’ai été honnête et naïve et ça ne m’a pas toujours servit (et parfois ça m’a servit, c’est comme tout dans la vie, parfois on perd, parfois on gagne.).

Dû à ma naïveté, on m’a souvent prise pour une conne et on a souvent abusé de ma bonté. Mais, vu que je suis naïve compulsive, je refaisais confiance de plus belles.

Et dernièrement, j’ai encore eut une situation décevante où mon honnêteté n’a pas payé et où j’ai payé pour les autres malhonnêtes. Frustrant n’est-ce pas?

Effectivement, je te confirme que ça l’est. Sur le coup. Sur le moment. Cela m’a porté à réfléchir, à remettre les choses en perspective.

Et tu sais quoi? J’ai décidé volontairement de rester tel que je suis. Pourquoi?

Car je ne veux pas être celle qui convertira les bons, les confiants, les honnêtes en méfiant. Au contraire, je veux laisser le bénéfice du doute aux gens et aider ce qui en ont besoin.

Et ceux qui abusent? Et bien au diable ceux qui abusent, j’aurai fait ce qu’il fallait! Le Karma s’occupera d’eux et ça fait 26ans que j’ai l’habitude après tout (vaut mieux en rire qu’en pleurer!).

Je me dis que si par mon comportement, je peux inspirer 2-3 personnes à faire pareil et que ces personnes peuvent à leur tour inspirer 2-3 personnes à en faire autant, on pourra améliorer notre monde une personne à la fois et on aura sû faire une différence.

Qu’en penses-tu? Préfères-tu conjuguer la méfiance ou la confiance?

what do you think?

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *