Voyager maintenant, tel est la question

Partage

Voyager maintenant, tel est la question?

N’as-tu pas ressenti ce besoin récemment de devoir voyager? Découvrir le monde. D’aller en Asie et partout dans le monde? Faire la fête à chaque week-end. Des sorties extravagante, extraordinaire. Bref, de mener une vie peu ordinaire comme tous les gens ordinaire?

Je vois beaucoup de photo de voyage en Asie, dans le sud, de « trip » en backpack passer sur Facebook, de gens en train de faire la fête, de sortir, d’aller dans des chalets, au ski, auberge, dans le sud.

Sur Tinder, car oui je suis actuellement là-dessus, je vois les descriptions des hommes et je me sens mal de mener la vie que je mène. Non pas parce que je n’aime pas ma vie, mais car je me sens coupable de mener la vie que je mène lorsque je me comprare.

Je vois des descriptions avec une énumération de TOUS les pays dans lesquels ils ont été et pour certains ce sont plus de 24pays. Des photos d’activités extraordinaires. Des endroits luxueux. Certains vont même à dire qu’ils s’arrangent pour voyager au moins 3 fois dans l’année.

3 fois dans l’année t’es sérieux? Et tu as quoi 27-29 top 32ans?

Mais comment font-ils? Je n’ai pas de voiture a payé (quoi que mon accent 2004 me coûte surement des mensualités en réparations), je n’ai pas d’hypothèque, taxes municipales et scolaires, je ne m’achète pas de linge, je ne sors pas, et je vais à pied au travail et tout cela pour finir le mois serré avec les prêts étudiant à rembourser, la carte de crédit, le loyer, la bouffe, l’école, etc.

Je travaille le jour à mon emploi et le soir et les fins de semaine sur le Blog et le programme #JeSuisMonPetitSuccès qui va sortir en 2017 (les inscriptions ouvriront fin janvier).

J’aime ma vie, car je travaille sur ma passion et la journée avec des collègues formidables. Je sais que ceci est temporaire et un sacrifice pour arriver à réaliser mon rêve qui est de bâtir une entreprise qui aidera les femmes (et les hommes s’ils le désirent) à trouver un équilibre à leur bien-être.

Cela dit, quand je vois tout ce que les gens font et qui me semble être rendu la normalité, je m’interroge. J’ai l’impression de passer à côté de ce qu’est la vie. Sois vivre, découvrir, apprécier. Je m’interroge aussi à savoir comment ces gens font monétairement, du moins sans être endetter jusqu’au cou.

Est-ce vraiment ça la vie? Voyager, sortir, s’amuser? J’imagine que oui, car cela se rapproche de mon idée du bonheur, du moins cela fait partie de sa composition.

Par contre, pour arriver à tout cela. À cette liberté. Non seulement il faut beaucoup de vacances, mais aussi de l’argent. Quel emploi occupe tous ces gens? Car, j’ai appris que pour avoir autant de liberté, il faut être entrepreneur, soit son propre patron. Et pour parvenir à être relativement libre financièrement, il faut sacrifier beaucoup d’heure à travailler sur son rêve. Ce qui veut dire, dépense personnelle au minimum et vie social réduite.

Si jeune tous ces gens semblent l’avoir. Comment font-ils? Aussi, est-ce normal de ce sentir pressé de vivre la même chose à force d’être bombardé de ces images? Avant de voir tout cela et de lire les descriptions de l’application, je ne me posais pas la question à savoir si ma vie était belle et si je faisais le bon choix. Je me complaisais dans ce que j’avais choisis.

Est-ce donc une nouvelle forme de consommation? De nouvelle pub gratuite pour nous donner encore une fois envie d’en vouloir plus?

Je pense que la réponse réside au fond de toi. Il n’y pas de réponse miracles. Si après t’être posée toutes ses questions tu ressens le besoin d’ajouter un peu plus de piquant, d’aventure à ta vie, il te manque effectivement quelque chose et tu n’es clairement pas en harmonie avec tes choix.

Si au contraire, tu en viens à la conclusion que non tu sais que ce n’est pas facile en ce moment, mais que ça va en valoir la peine et que tu pourras profiter de tout cela plus tard, c’était encore une façon judicieuse à notre société de te faire consommer et vouloir plus.

On dirait qu’il est difficile de nos jours de se satisfaire de ce que l’on a. On en veut toujours plus. Et effectivement plus est atteignable, mais à quel prix? Parfois, il faut savoir prendre son temps et apprécier ce que la vie nous a déjà offerte pour être en mesure d’apprécier plus.

Es-tu également de cet avis?

Partage

Marjorie Beaudet

Je suis Marjorie Beaudet, fondatrice de Les petits Succès et de son académie en ligne Les petits Succès Académie. J’ai commencé mes 14 premières années de vie en France, à Bordeaux, pour ensuite m’installer au Québec en 2005. J’ai commencé mes études en droit ainsi que mon expérience professionnelle en notariat, pour ensuite me rendre compte que ce n’était pas pour moi. J’adore le droit, mais comme intérêt pas comme carrière. C’est au travers du développement personnel et de beaucoup d’introspection que j’ai découvert ce qui me drive vraiment dans la vie, et c’est d’aider les femmes à s’accepter et être bien avec elles-mêmes. Alors j’ai fait un virage à 180 degrés, pris mon courage à deux mains et j’ai tout recommencé de zéro. J’ai décidé de faire ce qui est bon pour moi et non ce que les autres attendent de moi.